Central do Brasil

Publié le 3 Octobre 2009





Restons encore un peu au Brésil avec un film que je vous conseille vivement !!!






                   


Le magnifique film franco-brésilien  de Walter Salles a obtenu  l’Ours d’or à Berlin en 1998.

Ce road movie superbe et pathétique est interprété par Fernanda Montenegro (Dora) et Vinicius de Oliveira (Josué).

 

                                                

L‘histoire :

 Dora, ex-institutrice, gagne sa vie en écrivant des lettres pour les migrants illettrés à la gare centrale de Rio. Ana et son jeune fils Josué font appel à ses services pour retrouver le père de Josué.

Lorsque Dora rentre dans son petit appartement de banlieue, elle fait le tri des lettres de la journée, en envoie certaines, jette les autres et en garde une partie dans un tiroir. C'est ce qui arrive à la lettre de Josué. Quand sa mère meurt, renversée par un bus, Josué demande à Dora de l'aider à retrouver son père. D'abord insensible, Dora finit par accepter de l'aider.

Et ils partent sur les routes du Brésil. 



                 




 C'est une histoire dure, sans concession.  Nous sommes confrontés à la misère et à l’indifférence

Aucun élan de solidarité. C'est la loi de la survie. Chacun pour soi.

Dans ce monde désolé, chaque image de ce film est poignante. Il n'y a pas de compassion, pas de bons sentiments. Chacun peut mourir sur place sans que personne n'y prenne garde.

C’est dans cet univers que ces deux êtres marqués par les épreuves de la vie vont se renconter, d’abord méfiants et hargneux l’un envers l’autre.

Au début, nous aussi n'aimons pas du tout Dora. Cynique, mauvaise, elle profite des gens qui lui font confiance, elle les méprise. Et puis nous apprenons à la connaître... Dora est aussi un vrai hérisson !

Mais ce film n’est pas pessimiste.

Au cours de leur voyage, Dora et Josué vont peu à peu se découvrir et s’aimer.

Josué porte en lui l’espoir d’un avenir meilleur. Et au contact de ce gamin, Dora parvient enfin à s’exprimer et à se libérer de sa propre enfance douloureuse. Elle retrouve les gestes et les mots de tendresse qu’elle ne s’autorisait plus depuis longtemps.

 
                                  



Dans ce Brésil misérable, elle réapprend  à respecter les autres, à aimer et à s'aimer.

Un film très attachant. Avec deux acteurs magnifiques d’humanité, de vérité        


                                                                                     

Rédigé par Moonshadow

Publié dans #Cinéma

Repost 0
Commenter cet article

Géraldine 07/10/2009 21:09


Ce film semble effectivement magnifique. S'il croise mon chemin, je prendrai le temps de le regarder.


mary 03/10/2009 23:04


merci ma belle ça m'a l'air bien! à voir. douce nuit et bon week end.bisous.MARY