oscar et la dame en rose

Publié le 29 Juillet 2008


 


Dans le cadre du Festival des tréteaux de France, Figeac accueillait dimanche soir, le 27 juillet , Anny Duperey, dans « Oscar et la Dame Rose ».

Un superbe moment d’émotion qui a séduit tous les heureux spectateurs…dont j’aurais tant aimé faire partie. Il n’y avait plus de place quand je me suis renseignée à notre retour de Six-fours. Ce matin j’ai lu dans la Dépêche l’article consacré à cette soirée théatrâle et j’ai eu encore plus de regrets…

Anny Duperey a été magnifique ! Lorsqu’à l’issue de son interprétation d’ Oscar et la Dame Rose , l’actrice est revenue sur scène saluer le public , les spectateurs lui ont réservé une longue ovation debout, conscients d’avoir vécu un moment unique. Une ovation à la hauteur de sa performance. Rarement la salle François Mitterrand n’aura connu pareille intensité et pareille émotion.
Il faut dire que seule en scène durant près d’1h40, l’actrice a captivé le public. Tour à tour mamie affectueuse, docteur découragé ou petit garçon obèse, elle est incroyablement à l’aise dans cette galerie de personnages qui peuplent un hôpital. Sans oublier Oscar, ce petit garçon de 10 ans, atteint de leucémie, qui vit ses derniers jours.











L’auteur de cette pièce est Eric-Emmanuel Schmitt. Il nous en parle merveilleusement bien .

« Il y a un lien entre les enfants et les vieillards. Aux extrêmes de le vie, on s’interroge, on s’émerveille, on réfléchit. Au milieu de la vie, il n’y a que des adultes qui courent, qui voyagent, qui travaillent, qui se mentent, qui refusent de poser leurs bagages pour faire face à la réalité.
Oscar a 10 ans. Sa santé se détériore. Avec courage et humour, il assume la mauvaise pente que prend sa maladie mais il ne parvient plus à avoir un échange vrai avec les adultes. Seule mamie Rose, la plus surprenante des dames qui viennent visiter les enfants malades reste elle-même avec Oscar. Franche, cocasse, impertinente. Un amour fort et pudique se tisse entre eux.
A la suggestion de mamie Rose, Oscar écrit tous les jours des lettres à Dieu. Méfiant au début, peu disposé à croire - car on lui a déjà fait « le coup du père noël »-il va confier à Dieu son quotidien, ses espoirs, ses amours, ses réflexions, ses indignations, ses révoltes et tous les petits riens de sa vie d’enfant qui forment son univers. Dans chaque post-scriptum Oscar suggère à Dieu de lui rendre visite. Cela arrivera-t-il ?
Mamie Rose, en lui racontant la légende des 12 jours –chaque jour égale 10 ans – va lui faire revivre en raccourci toute une vie d’adulte.
C’est l’expérience de tout ce parcours humain qu’Oscar va nous faire partager, récréant devant nous pour nous, tous les personnages de son monde d’enfant avec humour et poésie.
»

Bien sûr, je vais lire ce livre mais je ne connaîtrai pas cette émotion qui est passée entre acteur et spectateurs dimanche soir si près de chez nous . La voix, les expressions du corps et du visage, le jeu de l’actrice sensible qu’est Anny Duperey, l’ambiance dans la salle, cette communion enfin… La magie du théâtre.

  J'ai découvert un jour par hasard dans un vide-grenier le livre d'Anny Duperey "Le voile noir"

Ce livre est un cri de douleur et de libération.  Le texte et les photos en noir et blanc prises par son père font de ce livre un témoignage autobiographique fort, sincère et émouvant.

Rédigé par Moonshadow

Publié dans #coups de coeur

Repost 0
Commenter cet article

Géraldine 31/10/2008 13:53

Tu auras déjà de très belles émotions en lisant le livre est réellement magnifique.

lulu 30/07/2008 18:28

bien dommage de ne pas l'avoir vue mais ce sera pour une prochaine fois!!