Sur les traces de Christian Bobin

Publié le 22 Novembre 2010

 

 

                                              bobin04.jpg

 

 

 Cette semaine, je vous présente un écrivain discret dont les livres sont comme des poèmes, des contes, empreints de grâce et profonds sans en avoir l'air. 

 

 

" À quoi ça sert de lire. À rien ou presque. C'est comme aimer, comme jouer. C'est comme prier. Les livres sont des chapelets d'encre noire, chaque grain roulant entre les doigts, mot après mot. Et c'est quoi, au juste, prier. C'est faire silence. C'est s'éloigner de soi dans le silence.
                                (Une petite robe de fête)

 

  

 

                                                 livre-.jpg

 

 

Il est né au Creusot, en Bourgogne, de parents ouvriers. Et il y vit toujours.

Enfant, déjà solitaire, il préférait la compagnie des livres. Après des études de philosophie, il a exercé divers métiers, dans des bibliothèques, des musèes, des librairies. Il a également été infirmier psychiatrique.

Dans ses textes, il nous fait partager, dans un style épuré, ses plaisirs minuscules et jusqu'à ses plus grandes douleurs

A travers une oeuvre sensible et poétique, ce sédentaire, voyageur de la page blanche, nous montre le monde tel qu'on ne le voit plus.

 

 «Ma vie, avoue-t-il dans son nouveau livre, "Louise Amour", s’était passée dans les livres, loin du monde, et j’avais, sans le savoir, fait avec mes lectures ce que les oiseaux par instinct font avec les branches nues des arbres: ils les entaillent et les triturent jusqu’à en détacher une brindille bientôt nouée à d’autres pour composer leur nid.»

 

Et puis de ce nid-là aussi Christian Bobin a fini par tomber:  il n’est d’aucune école, n’a pas de disciples connus et se moque du qu’en-dira-t-on. Il est Bobin, point.

 

A suivre...

 

 

 

 

Rédigé par Moonshadow

Publié dans #Livres

Repost 0
Commenter cet article