"Le goût des pépins de pommes"

Publié le 6 Octobre 2012

 

 

 

 

 

 

 

                                le-gout-des-pepins.jpg

 

 

 

 

 

 

 " Le goût des pépins de pommes " de Katharina Hagena


 

L'histoire :

 

 

A la mort de Bertha, ses trois filles, Inga, Harriet et Christa, et sa petite-fille, Iris, la narratrice, se retrouvent dans leur maison de famille, à Bootshaven, dans le nord de l'Allemagne, pour la lecture du testament. A sa grande surprise, Iris hérite de la maison et doit décider en quelques jours de ce qu'elle va en faire. Bibliothécaire à Fribourg, elle n'envisage pas, dans un premier temps, de la conserver. Mais, à mesure qu'elle redécouvre chaque pièce, chaque parcelle du merveilleux jardin qui l'entoure, ses souvenirs se réveillent, reconstituant l'histoire émouvante, parfois rocambolesque, mais essentiellement tragique, de trois générations de femmes.

 

 

 

 

        le-gout-des-pepins01.jpg                      

 

 

J'ai savouré ce joli roman comme on déguste une part de tartes aux pommes avec gourmandise et plaisir.

Nous suivons Iris dans cette maison de famille pleine de souvenirs et de secrets.

On fait la connaissance de sa grand mère, de ses tantes, de sa mère et de ses amies.

On voyage sans cesse entre présent et passé avec beaucoup de tendresse.

Nous suivons Iris dans la bibliothèque, fouillons dans les armoires remplies de vieilles toilettes.

Nous nous prélassons au jardin et croquons dans les pommes du verger.

Et qu'il est bon de plonger dans la rivière toute proche sous le soleil éclatant de l'été !

Souvenirs d'enfance, drames et non dits,  histoires d'amour et d'amitié, un zeste de fantaisie aussi et une analyse très fine de la perte de mémoire, tous les sujets abordés dans ce roman m'ont touchée .


Je vous dévoile quelques extraits qui vous donneront peut-être envie de découvrir ce roman.

 

 

 

 

                                                        rireamies.jpg

 

 

 

« Quand nous étions encore toutes petites, c'étaient les secrets cachés sous les dalles qui nous attiraient, plus tard ce fut le soleil couchant. Cet escalier extérieur était un lieu merveilleux. Il appartenait tout à la fois à la maison et au jardin. Il était pris d'assaut par un rosier grimpant, et quand la porte d'entrée restait ouverte, l'odeur des pierres du vestibule se mêlait au parfum des roses. L'escalier n'était ni en haut ni en bas, ni dedans ni dehors. Il était là pour assurer en douceur mais avec fermeté la transition entre deux mondes. Ainsi s'explique sans doute la prédilection des adolescents pour ce genre d'endroit, leur penchant à s'installer dans des escaliers comme celui-là, à se tenir dans l'entrebâillement des portes, à s'asseoir sur les murets, à s'agglutiner à des arrêts de bus, à courir sur les traverses d'une voie ferrée, à regarder du haut d'un pont. Passagers en transit, consignés dans l'entre-deux.. »

 

 

 

"J'aime lire et manger en même temps. Une tartine après l'autre, un gâteau après l'autre, sucré et salé en continuelle alternance. C'était merveilleux : les histoires d'amour avec une portion de gouda, les récits d'aventures avec du chocolat aux noisettes, les drames familiaux avec du muesli, les contes de fées avec des caramels mous, les romans de chevalerie avec des cookies.
Et aussi longtemps que je mangeais en lisant, il n'y avait aucun problème. J'étais tout ce que l'on pouvait être, sauf moi-même. Mais il ne fallait surtout pas que je m'arrête de lire."

 

 

 

 

 vie

 

 

 

"  Le cerveau s'ensablait comme le lit instable d'une rivière. Cela commençait par s'effriter sur les bords, puis les berges croulaient dans l'eau par pans entiers. La rivière perdait sa forme et son courant, sa raison d'être. Pour finir, cela s'arrêtait de couler, ne faisait plus que clapoter misérablement dans tous les sens. Il se formait dans le cerveau des dépôts blancs qui bloquaient les impulsions électriques, les terminaisons étaient totalement isolées, et à terme échu, la personne également.

 

Quiconque oublie le temps cesse de vieillir. L'oubli triomphe du temps, ennemi de la mémoire. Car le temps, en définitive, ne guérit toutes les blessures qu'en s'alliant à l'oubli."

 

 

 

 

 

                rose-givree-jpg

 

 

 

 

 "Mais comment était-il en hiver, ce jardin ?" ai-je demandé un jour à ma mère, la patineuse dont le prénom sonnait effectivement comme le crissement des patins sur la glace. Elle haussa les épaules et dit qu'en hiver aussi, le jardin était beau, évidemment. Mais lorsqu'elle s'aperçut que cela ne me suffisait pas, elle ajouta qu'elle l'avait vu une fois nappé d'une pellicule de glace. Il avait plu toute la journée mais le soir, il avait soudain fait très froid et tout avait été comme vitrifié. Chaque feuille, chaque brin d'herbe était pris dans une gangue de glace transparente, et lorsque le vent soufflait dans le bosquet de pins, on entendait le cliquetis des aiguilles qui s'entrechoquaient. On aurait dit une musique d'étoiles."

 

 

 

                                                      Bon dimanche à tous !

 


Rédigé par Moonshadow

Publié dans #Livres

Repost 0
Commenter cet article

manu 13/10/2012 18:22

je l'ai déjà lu!!! hihi pour une fois que je te devance ;-)

Moonshadow 11/10/2012 16:41

Coucou Milly ! non je n'ai pas encore lu " Le cercle litteraire.."mais dans la même veine j'avais bien aimé
"Un cercle de lecteurs autour d'une poêlée de châtaignes "de J P Otte, l'histoire d'un petit groupe d'amis passionnés par les livres et qui se réunit autour de bons petits plats pour partager leur
passion. Un auteur qui vit comme moi dans le Lot.
Amitiés à toutes.

Milly 08/10/2012 18:25

Bonjour Mary, Tu sais que j'ai lu ce livre (Couverture magnifique) mais avec les passages que tu as choisi, tu me donnes envie de le relire. Tout le monde aime ce roman, mais j'avoue que je m'y
suis ennuyée. Mais je commence à croire que je ne l'ai peut-être pas lu au bon moment. Même chose pour le roman: "Le cercle littéraire des amateurs des épluchures de patates." Celui-ci, je manquais
de concentration. Est-ce que tu l'as lu Mary?

l'or des chambres 07/10/2012 21:14

Tu me donnes très envie de lire ce livre qui traine encore sur ma PAL (comme tant d'autres d'ailleurs) les extraits sont vraiment savoureux, j'aime beaucoup le dernier :0)
Bonne soirée