" La couleur des sentiments "

Publié le 10 Février 2011

 

 

 

                                        La-couleur.jpg

 

                   " La couleur des sentiments  "de Kathryn Stockett

Ce livre a obtenu le prix du roman étranger du Grand Club Littéraire du web.

 

A propos de l’auteure :

Kathryn Stockett est née et a passé son enfance à Jackson, Mississipi. Elle a elle-même été élevée par une bonne noire. Après l’obtention d’un diplôme d’anglais et d’écriture à l’Université d’Alabama, elle s’est installée à New York où elle a travaillé pendant neuf ans dans le marketing et l’édition de magazines.

Elle vit actuellement à Atlanta. « La Couleur des sentiments » («  The help »en américain) est son premier roman.


                    La-couleur01.jpg

 

 


Je viens de dévorer ce gros roman de plus de 550 pages et je me suis régalée !

Jackson, Mississippi en 1962.

Rosa Parks a déjà refusé de céder sa place à un Blanc dans le bus, on entend le petit Stevie Wonder à la radio et, l’année suivante, Martin Luther King dira qu’il fait un rêve devant 250 000 personnes.

Mais en attendant, ici, chacun reste à sa place : les femmes blanches jouent aux cartes dans le salon pendant que leurs bonnes noires s’affairent.

Aibileen travaille chez Miss Leefolt. Elle est la première qu’on entend. «Moi je m’occupe des bébés des Blancs, explique-t-elle, voilà ce que je fais, et en plus, de tout le boulot de la cuisine et du ménage. J’en ai élevé dix-sept de ces petits dans ma vie. Je sais comment les endormir, les calmer quand ils pleurent et les mettre sur le pot le matin, avant que les mamans aient seulement le temps de sortir du lit.» Elle a appris à se taire, mais depuis la mort accidentelle de son fils, quelque chose a changé. «On m’avait planté dedans une graine d’amertume. Et j’accepterais plus les choses comme avant.» 

 

Sa meilleure amie s’appelle Minny. Petite femme forte en corps et en gueule, elle a du mal à ne pas répondre à ses patronnes. Heureusement, c’est aussi la cuisinière la plus célèbre de la ville. Elle dit : «Ma cuisine, à part mes gosses, c’est la seule chose dont je suis fière.»

A ces deux voix s’ajoute celle de Miss Skeeter, 22 ans, blanche et fraîchement diplômée. Sa mère s’en moque, elle veut juste que sa fille se trouve un mari. Mais Miss Skeeter est différente elle veut écrire.

Elle va entraîner Aibileen, Minny et leurs amies dans l'écriture d'un livre "Les bonnes " témoignages du quotidien des bonnes noires au sein des familles blanches qui les emploient.

Elles confient aussi le lien profond qui les unit aux enfants qu'elles élèvent. Et leur douleur quand ceux-ci finissent presque toujours par épouser les idées de leurs parents et suivre leurs habitudes.

Dans un état comme le Mississippi où le racisme était institutionnalisé, les mères blanches leur apprennent à tuer en eux tout sentiment d'amour et de respect à l'égard de la race de leurs nourrices en les avilissant sous leurs yeux et en leur enseignant à les mépriser.

Mais il arrive qu'un jour, un des enfants dise « Mais maman, c'est elle qui m'a élevé ! »

Comme Miss Skitter. 

Un roman tour à tour drôle féroce révoltant bouleversant. Avec beaucoup de finesse, il nous parle des relations si complexes entre maîtresses blanches et employées noires et surtout avec les enfants.  

En 50 ans on a heureusement bien évolué aux Etats-Unis.

Si l'on avait dit  dans les années soixante à ces femmes racistes du Sud, à ces membres du klu klux klan qu'ils auraient un président noir à la tête de leur pays  jamais ils n'auraient voulu le croire ! Je me demande comment certains ont accuser le coup !

Steven Spielberg et les studios Dreamworks ont acheté les droits du livre. Le tournage a commencé en juin, dans le Mississippi.

 

                                        Un livre à découvrir .


Rédigé par Moonshadow

Publié dans #Livres

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

moms-diary 11/02/2011 22:13


Ton article donne très envie de lire ce livre; surtout avant la sortie du film.

Merci du partage


Fathia Nasr 11/02/2011 01:38


L'auteur a raison de nommer ce livre " La couleur des sentiments", les choses changent quand on se ba...., et les noirs sont des gens comme tout le monde, il n'y a pas une différence...merci pour
ce beau partage, bonne nuit, bises.