La commissaire n'aime point les vers

Publié le 29 Avril 2010

 

 

 

 

 

Ceux de Baudelaire pas plus que d'autres ! La poésie c'est pas sa tasse de thé.  Elle se la joue pas intello, elle est flic, célibataire, plutôt aigrie. Des kilos en trop, elle craque souvent pour des barres de Mars ou un bon cassoulet.

La commissaire Viviane Lancier n’est pas du genre poète, mais la voici condamnée à se passionner pour Baudelaire : un sonnet torride dont il serait l’auteur se transforme en serial killer, envoyant à la morgue ceux qui s’y intéressent.

Flanquée de son ingénu lieutenant, Viviane Lancier plonge dans une enquête où semblent la narguer les morts, les survivants et même les revenants .

Un polar sympa de Georges Flipo  qui se lit facilement et fait passer un bon moment !

L'intrigue est originale, les personnages bien campés,  le tout saupoudré d'une  bonne dose d'humour, c'est encore mieux !!  Cette commissaire nous promet d'autres enquêtes  et je suis prête à les partager !

 

 

Merci à Géraldine d'avoir eu la bonne idée de faire voyager ce livre !!

Lisez son billet, il est super comme d'hab !

Je vous recommande  également un article érudit et original  au sujet de ce polar :

  FAL sur le site    http://www.boojum-mag.net/f/index.php?sp=liv&livre_id=2026

 

Je vous cite le début :

 

"Le titre, la Commissaire n’aime point les vers, est, comme on dit, « accrocheur ». Rien que de très logique : l’auteur, Georges Flipo, a derrière lui une longue carrière de rédacteur dans la publicité. Mais il faut se méfier des accroches publicitaires : elles ne sont que partiellement vraies. Sans doute Madame le Commissaire Viviane Lancier n’est-elle pas du genre à passer ses dimanches après-midi à lire Ronsard, Verlaine ou Vigny ; sans doute préfère-t-elle, lorsqu’elle est fatiguée, regarder Navarro ou les Experts à la télévision. Mais, même si elle n’a pas fait la théorie de sa pratique, quelque chose en elle lui dit que son métier de détective s’apparente à celui de poète, puisqu’une enquête policière correctement menée rejoint la définition que Cocteau avait proposée de la poésie : « voir dans les choses plus que les choses ».

 

 

Rédigé par Moonshadow

Publié dans #Livres

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
<br /> j'ai passé un très bon moment de lecture avec ce livre là<br /> <br /> <br />
Répondre
G
<br /> Contente que ce livre t'ait plus. C'est vrai qu'on en redemande !<br /> <br /> <br />
Répondre