Bienvenue au Club !

Publié le 24 Mai 2011

 

 

 

 

                                optimiste.jpg 

 

 

 

«  Le club des incorrigibles optimistes »  est le premier roman de Jean-Michel Guenassia.  Il est gros ( près de 750 pages ) mais je l’ai dévoré avec beaucoup de curiosité et de plaisir !

A travers le quotidien de Michel Marini, adolescent parisien qui fait l’apprentissage de la vie, de l’amour, de la politique et des conflits sociaux, l’auteur nous plonge dans l’histoire de la France.

 La France de la libération, de la guerre d’Algérie et des Trente Glorieuses.

On découvre ce mystérieux club d’incorrigibles optimistes, dans l’arrière salle d’un bar parisien Le Balto en même temps que le jeune Michel.

Lui vient là pour des super parties de baby-foot entre copains. Mais il est intrigué par ce qui se passe dans une autre salle au fond du bar à l’abri des regards.

« Le Balto était un immense bistrot à l'angle de deux boulevards. Sur l'avenue Denfert-Rochereau, côté comptoir et tabac, il y avait les baby, les flippers et le juke-box, et côté Raspail, un restaurant de soixante places. Entre les dernières tables, j'avais remarqué une porte derrière un rideau de velours vert. Des hommes d'âge mur disparaissaient par ce passage. Je ne voyais personne en ressortir. Ça m'intriguait. Je me demandais souvent ce qu'il pouvait y avoir là. »

 

Il va y pénétrer un jour et découvrir une petite pièce remplie de joueurs d’échecs, tous échappés du bloc de l’Est. Réfugiés politiques ou en attente de papiers.On rencontre Igor, Léonid, Sacha, Imré et les autres.

  "Ils ont « Des drôles d'accents qui leur faisaient manger la moitié des mots, conjuguer les verbes à l'infinitif, les mettre en début de phrase, bouffer les pronoms, confondre les homonymes, ignorer le masculin et le féminin ou les accoler dans des associations hasardeuses. " 

 

Au fil des pages on découvre l’histoire de chacun, toujours plus poignante, et leur lutte quotidienne pour rester optimistes malgré la dureté de leur destin. Parmi eux, toujours au Balto, on croise aussi de temps en temps les écrivains Sartre et Kessel, qui soutiennent financièrement ces rescapés du rideau de fer.

 

J’ai vraiment aimé ce livre riche, passionnant. On y apprend beaucoup de choses sur l’histoire en France, dans les pays de l’Est. Le personnage principal Michel est un adolescent sensible qui aime les livres et sait écouter et comprendre les autres.

Avec lui, on fait mille rencontres passionnantes, on est ému révolté inquiet ou heureux…

Tous les personnages sont justes. Il y a aussi beaucoup d’humour, de la tristesse et de la joie et la fin est éblouissante d’émotion !

C‘ est également un livre qui s'attaque à l'absurdité de la guerre et des dégâts qu'elle engendre au sein des familles déchirées. Un livre qui nous fait réfléchir et qui nous donne envie de vivre à fond chaque instant !

Envie de faire partie de ce club d’incorrigibles optimistes ! de se mettre aux échecs de lire encore plus de bons livres et de savourer le simple fait d’être libre et en bonne santé !

Il a été couronné par le Prix Goncourt des lycéens en 2009  et par  le Prix 2010 des lecteurs de Notre Temps. Et bien sûr je vous le conseille vivement !

 

 

 

 

                        smile.gif

 


Rédigé par Moonshadow

Publié dans #Livres

Repost 0
Commenter cet article