La cigale

Publié le 15 Juillet 2009






                                                               

Souvenirs de ma Provence…

 

La chaleur de l’été, le sable brûlant sous les pieds. On cherche l’ombre des pins parasols et des pins d’Alep. La bonne odeur de résine et le chant des cigales…

 Les troncs abritent un orchestre symphonique presqu’invisible, mais quel hymne puissant et entêtant !


                                     




De tous les insectes la cigale est celui qui produit le son le plus fort grâce à son « instrument », le muscle cymbalique.

On parle toujours du chant des insectes mais ils ne possèdent pas de système vocal ! Alors ils s’arrangent. Les uns, comme les grillons frottent des parties de leur corps l’une contre l’autre. Certains moustiques font vibrer leus ailes. Les termites frappent le bois.

La cigale, elle, posséde un véritable instrument de musique unique dans le monde animal. On dit qu’elle stridule ou encore qu’elle craquette.

Les mâles veulent attirer les femelles et pour cela ils sont dotés de chaque côté de l’abdomen d’une paire de cymbales, qu’on appelle aussi des tambours. L’abdomen faisant caisse de résonnance, l’intensité et les variations des sons sont amplifiées.

Un mysogine a déclaré que les cigales mâles ont bien de la chance puisque leurs femelles restent muettes !! 

La vie de la cigale est vraiment  hors du commun. Symbole de soleil et de clarté, elle passe pourtant les trois quarts de sa vie sous terre et le reste, dissimulée, se confondant avec l’écorce des pins…



                        
               

Discrètes nos cigales, craintives aussi. Au moindre bruit, au moindre nuage qui passe, elles se taisent et il est difficile de s’en approcher.

Pendant 4 ans, la cigale a vécu enfouie sous la terre, se gorgeant de sève qu’elle aspire dans les racines des plantes. Puis elle surgit de terre pour 3 petites semaines  de vie au grand air.

Pendant ce temps très court, les mâles doivent séduire leurs femelles.

Celles-ci vont pondre leurs dizaînes de petits œufs blancs sur des tiges.

Et voilà le cycle recommence. Des œufs  naitront des larves qui, pour survivre se laisseront glisser sous terre et passeront plusieurs années avant de devenir adultes et de vivre leur unique été.

Quatre ans de préparation pour quelques semaines de compétition. Comme pour les jeux olympiques !!


 

                             


Le fabuliste a tout inventé. La cigale ne va pas crier famine, elle ne verra même pas venir l’automne.

Et puis je ne l’aimais pas cette fable moralisatrice. Je préférais ce vieux dessin animé de Walt Disney dans lequel les fourmis accueillaient gentiment la pauvre cigale transie de froid.  Elles lui faisaient un bon bain de pattes bien chaud et lui faisaient boire un bon grog. Alors la jolie cigale regaillardie, jouait de la musique et tout ce petit monde passait un merveilleux hiver !



                                    

 


J’ai vécu mon adolescence « rue des cigales » à Six-Fours. Aujourd’hui,  notre maison du Lot s’appelle  « La cigale ».


Petit animal musicien, nous sommes inséparables !
                

Rédigé par Moonshadow

Publié dans #animaux

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Tita 16/07/2009 19:14

Cette année, des cigales ont élu domicile dans les arbres de notre parking : aussi, dès qu'on ouvre les volets, on entend leur chant et on a ainsi un petit (vraiment très petit) goût de campagne, de forêt de pins... C'est un petit animal qu'on a du mal à voir mais qui représente si bien notre Sud.

condor79 15/07/2009 19:25

Hello bonjour, passionnante cette histoire de cigale, j' ai bien aimé, bravo....
salutations d'un oiseau
condor79