Jacques Prévert (2)

Publié le 16 Mars 2009



 

Poète à l'inspiration inépuisable, sa langue est familière, simple. Mais elle est surtout bien pendue.
Anti famille, anticlérical, antimilitariste, anticolonialiste. Prévert s’en prend aux puissants de tous bords et à toutes les “grandes supercheries sacrées” dans ses poèmes et ses dialogues de films.

Il ne pouvait pas s'habituer à la pauvreté et à l'asservissement de l'homme par l'homme.


                         La grasse matinée


" Il est terrible
Le petit bruit de l'œuf dur cassé sur un comptoir d'étain
Il est terrible ce bruit
Quand il remue dans la mémoire de l'homme qui a faim
Elle est terrible aussi la tête de l'homme
La tête de l'homme qui a faim
Quand il se regarde à six heures du matin
Dans la glace du grand magasin
Une tête couleur de poussière…"

Il rejetait avec force tout ce qui avait trait à la religion parce que, pour lui, la foi soumet les hommes. « Dans toutes les églises, il y a quelque chose qui cloche », se moquait-il, avant d'oser écrire ces vers célèbres : 


 PATER NOSTER                      


Notre Père qui êtes aux cieux,
Restez-y!
Et nous nous resterons sur la terre
Qui est quelquefois si jolie
Avec ses mystères de New York
Et puis ses mystères de Paris
Qui valent bien celui de la Trinité
Avec son petit canal de l'Ourcq
Sa grande muraille de Chine
Sa rivière de Morlaix
Ses bêtises de Cambrai
Avec son océan Pacifique
Et ses deux bassins aux Tuileries
Avec ses bons enfants et ses mauvais sujets
Avec toutes les merveilles du monde
Qui sont là
Simplement sur la terre
Offertes à tout le monde
Eparpillées
Emerveillées elles-mêmes d'être de telles merveilles
Et qui n'osent se l'avouer..."



Un de mes poèmes préférés que je dédie à Guillaume...

                                         Le miroir brisé 
                                   
             


Le petit homme qui chantait sans cesse

le petit homme qui dansait dans ma tête

le petit homme de la jeunesse

a cassé son lacet de soulier

et toutes les baraques de la fête

tout d'un coup se sont écroulées

et dans le silence de cette fête

j'ai entendu ta voix heureuse

ta voix déchirée et fragile

enfantine et désolée

venant de loin et qui m'appelait

et j'ai mis ma main sur mon cœur

où remuaient

ensanglantés

les sept éclats de glace de ton rire étoilé...





Salut l'artiste !!

Rédigé par Moonshadow

Publié dans #Poesies

Repost 0
Commenter cet article

Billy 26/03/2009 16:30

J'ai toujours trouvé que les poèmes de Prévert étaient très beaux, il m'arrive quelque fois d'en lire à mon fils.

lucille 16/03/2009 19:47

super article!! bravo l'artiste!!